L’Astrolabe est un navire brise-glace construit dans le cadre d’un partenariat entre, d’une part la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ainsi que l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV), et d’autre part le Ministère de la défense (Marine nationale (MN)).

Les TAAF ont financé la construction du navire par l’emprunt et ont assuré la maîtrise d’ouvrage du projet. L’Institut polaire français verse quant à lui aux TAAF un loyer annuel équivalent à la moitié du remboursement de l’emprunt. L’armement, la conduite et la maintenance, sont pris en charge par la Marine nationale. Cette mutualisation permet une optimisation des coûts et des ressources.

Armé en permanence par la Marine, le patrouilleur effectue deux types de missions :

Mission de soutien à la logistique antarctique (MSLA) :

Au profit des TAAF et de l’Institut polaire français, la Marine nationale effectue des missions de transport de fret et de passagers entre Hobart en Tasmanie (Australie) et la base scientifique française en Antarctique Dumont-d’Urville (terre Adélie), soit une distance d’environ 2700 km à raison de 4 à 5 rotations pendant les 120 jours que dur l’été austral, de novembre à février.

Dans le cadre de la coopération scientifique internationale entre la France et l’Australie, des missions de ravitaillement sont également susceptibles d’être effectuées au profit de l’Australian Antarctic Division (AAD).

Missions de défense de L’Astrolabe :

L’Astrolabe, basé à La Réunion, réalise des missions de souveraineté et des missions d’action de l’Etat en mer (AEM) en océan Indien et notamment dans les TAAF. L’Astrolabe contribue donc à asseoir la présence de la France dans sa zone économique exclusive (ZEE TAAF : plus de 2 300 000 km2). Sa présence outre-mer est un intérêt majeur par la connaissance et la maîtrise de cette zone éloignée. Le bâtiment participe à la défense maritime du territoire puisqu’il permet de surveiller et de faire respecter le droit dans les espaces maritimes sous souveraineté et juridiction françaises. Outil mis à disposition des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien, il participe par exemple aux missions de lutte contre la pêche illégale, en remplacement du patrouilleur austral L’Albatros.

L'Astrolabe en Antarctique
Photos : © Vladimir TERKI
L'Astrolabe à 50 km de la base Dumont d'Urville
Photos : © Morgan Perrot - Marine Nationale
L'Astrolabe en campagne de surveillance des ZEE de Crozet

Caractéristiques de l’Astrolabe :

  • Longueur : 72 m.
  • Largeur : 16 m.
  • Puissance totale : 6400 kW.
  • Classe glace : brise-glace IB 5 (Polar code – aptitude à naviguer dans une glace de 70 centimètres d’épaisseur environ, avec possibilité de pratiquer le «ramming» qui consiste à utiliser le poids et l’inertie du navire).
  • Emménagements pour 60 personnes (Equipage : 21/30).
  • Plate-forme hélicoptère : hélicoptère civil IPEV (type écureuil) pour mission logistique.
  • Vitesse : 14 nœuds.
  • Capacité d’emport : environ 1200 t.
  • Déplacement : environ 4000 t.
  • Poids lège : environ 2860 t.