PROGRAMME PROTEKER : SUIVI DES HABITATS BENTHIQUES

L’Université de Bourgogne Franche-Comté (UBFC) et l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE) en partenariat avec les TAAF mettre en œuvre depuis 2019, le deuxième programme PROTECKER d’une durée de 3 ans. L’objectif du programme PROTEKER est d’assurer un suivi sur le long terme des écosystèmes benthiques côtiers, d’acquérir des données de température, de salinité et de mesurer les effets du changement climatique sur les milieux marins.

Photo : © Gilles Marty
Photo : © Gilles Marty
Photo : © Gilles Marty
Photo : © Gilles Marty

Dans le contexte actuel de changement climatique, les variations de température et de salinité de l’eau de mer, l’élévation du niveau de la mer et les déplacements latitudinaux des courants et des fronts hydrologiques risquent d’impacter la biodiversité marine des îles subantarctiques, et en particulier dans les zones côtières, où de nombreuses espèces sont vulnérables.

Comment ?

À travers la mise en place d’un observatoire sous-marin, le programme scientifique et pluridisciplinaire PROTEKER (IPEV n°1044) évalue les effets des changements environnementaux sur la biodiversité marine côtière des mers australes. Ainsi différentes mesures sont mises en place :

  • enregistrement de température (-5 et -15m), de la conductivité, du pH et placettes de colonisation
  • échantillonnage et inventaires des organismes benthiques
  • vidéos, photos en plongée et en ROV (Véhicule sous-marin téléguidé)
  • inventaire de la faune jusqu’à -500m par collecte en micro-chalutage

 ?

Dans les trois districts austraux de la réserve naturelle des Terres australes et antarctiques françaises : Kerguelen, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam

En fournissant au Territoire des TAAF des données scientifiques pour la protection et la conservation des écosystèmes marins côtiers, le projet contribue pleinement à l’atteinte des objectifs du plan de gestion de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises.

Caractériser l’impact du changement climatique sur les communautés marines implique que les données environnementales soient enregistrées en continu et sur le long terme pour interpréter les changements écologiques, prévoir leurs impacts potentiels sur les communautés marines et établir des plans de gestion appropriés. Ces objectifs ne peuvent être atteints que par la mise en place d’un système d’observation et de suivi pluridisciplinaire et sur le long terme. Dans ce but, le projet IPEV n° 1044 PROTEKER est un projet pluridisciplinaire comprenant des mesures océanographiques, des études de dynamique benthique, ainsi que des analyses génétiques, trophiques et écophysiologiques.

Pour en savoir plus sur ce programme, cliquez sur ce lien : proteker.net

 

Carnet de mission PROTEKER

Pour cette 5ème campagne, Christian Marschal, ingénieur à l’Institut de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale de Marseille, nous permet de suivre les acteurs (chercheurs, ingénieurs, plongeurs, logisticiens) rendant possible cette mission aux Kerguelen.