La connaissance des sites archéologiques est un enjeu majeur de la gestion du patrimoine historique aux TAAF.

Cela se traduit par trois grands types de projets.

 

CARTE ARCHÉOLOGIQUE

En 2018, le  Service Régional de l’Archéologie  de la DAC La Réunion en lien avec les TAAF a mis au point une carte archéologique des TAAF.

Un premier travail de collecte des données existantes a servi de base pour élaborer un SIG archéologique de Kerguelen et répertorier les sites connus. Un protocole de collecte opportuniste  d’informations patrimoniales a été développé avec les agents de la Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. Cet outil est destiné aux agents de terrain se rendant sur des sites  peu fréquentés pour qu’ils puissent à la fois informer de leurs observations et avoir les bons réflexes en cas de découverte.

Cet outil de gestion permettra un suivi sur le long terme des découvertes et des zones prospectées.

La cartographie archéologique des autres districts des TAAF sera la suite logique de celle commencée pour les îles Kerguelen.

OPÉRATIONS ARCHÉOLOGIQUES

Depuis 1993 et la première Mission Patrimoine des TAAF, plusieurs opérations archéologiques d’envergure ont été menées sur les districts.

Lors des premières missions entre 1993 et 1996 dirigées par Jean-François Le Mouël, la prospection des sites connus et des sondages et/ou fouilles archéologiques ont été menés. Notamment à Pointe Charlotte aux îles Kerguelen sur le site où John Nunn et ses compagnons naufragés vécurent en 1826 et 1827 en attendant d’être secourus et sur le site dit de la maison Heurtin sur l’île Amsterdam.

Avant la restauration de deux bâtiments de Port-Jeanne-d’Arc, des fouilles archéologiques ont également été effectuées sur le site.

En 2006, Jean-François Le Mouël dirigea deux importantes opérations. Le sauvetage du fondoir à graisse sur l’île de la Possession à Crozet (opération Obélix) et la mission ArchaeObs qui consistait à fouiller le site de la Baie de l’Observatoire à Kerguelen.

Entre 2006 et 2013, des fouilles menées par le GRAN et l’INRAP ont eu lieu sur l’île de Tromelin.

NUMÉRISATION

Axe fort de la stratégie patrimoniale des TAAF, le principe de sauvegarde par l’imagerie 3D a été acté dès la fin des années 2000. Devant la dégradation rapide des vestiges, la réalisation de relevés numériques tridimensionnels permet de préserver les connaissances d’un état à l’instant T.

Ces données peuvent ensuite être utilisées dans un but scientifique pour étude, dans un but de gestion pour servir d’aide à la décision sur les mesures à prendre vis à vis des sites menacés, enfin comme outil de médiation pour faire connaître le patrimoine des TAAF au plus grand nombre.

Quelques numérisations importantes ont été réalisées : un modèle numérique de terrain de la Vallée des phoquiers à Crozet, une captation par lasergrammétrie et une restitution 4D de Port Jeanne d’Arc, la photogrammétrie des derniers bâtiments Fillod de la base Port-aux-Français et le site de la petite usine des Rallier du Baty en Baie de l’Observatoire à Kerguelen et de la majorité des pétroglyphes d’Amsterdam.