Holothuries : gardiennes méconnues des écosystèmes côtiers et enjeux de conservation dans les Outre-mer françaises

09 Février 2024   —  Terres australes et antarctiques françaises

 

Actrices méconnues mais essentielles pour l’équilibre des écosystèmes marins, les holothuries communément appelées « concombres de mer », jouent un rôle crucial dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes marins, en particulier du substrat.

Ces animaux sont des acteurs clés dans le processus de recyclage des sédiments, favorisant la croissance des coraux et contribuant à limiter la dissolution du carbonate de calcium. Leur habitat s’étend des eaux peu profondes jusqu’aux abysses, couvrant ainsi une vaste gamme de latitudes dans les environnements marins.

Parmi les 1700 espèces répertoriées dans le monde, une quarantaine ont été observées à ce jour dans les Zones Économiques Exclusives (ZEE) des Îles Éparses.

La raréfaction ou la disparition de ces organismes, qu’elle soit d’origine naturelle ou anthropique, peut avoir des conséquences significatives sur le fonctionnement, la productivité et la résilience des écosystèmes récifaux.

Du fait de leur forte valeur commerciale, les holothuries sont aujourd’hui menacées par la surpêche qu’elles subissent, notamment dans le sud-ouest de l’océan Indien.

Pour assurer leur suivi et ainsi leur préservation, en ce mois de février, les TAAF et BIORECIF avec le soutien financier de l’Ifrecor et de l’Office français de la biodiversité publient un guide méthodologique de suivi adapté aux Outre-mer français.

Scientifiques, passionnés d’holothuries ou curieux, pour accéder au guide c’est ici : http://www.ifrecor-doc.fr/items/show/1900

Ce sujet vous intéresse ? Ne manquez pas l’actualité du programme RECIFS ISOLES 2 qui démarre cette année : l’observatoire des récifs coralliens installé dans le cadre de ce projet mis en œuvre par les TAAF pourrait permettre de découvrir de nouvelles espèces d’holothuries dans les Iles Éparses !