« De Dumont d’Urville à DDU : les Français en Antarctique » : la nouvelle exposition des TAAF est à découvrir jusqu’au 30 juin au ministère des Outre-mer

09 Juin 2021   —  Terres australes et antarctiques françaises

C’est en présence de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Charles Giusti, préfet, administrateur supérieur, l’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine nationale, de parlementaires, et de membres du conseil consultatif des TAAF, que l’ exposition « De Dumont d’Urville à DDU : les Français en Antarctique » a été officiellement dévoilée sur la façade du ministère des Outre-mer, boulevard des Invalides, à Paris.

Photo : © Ministère des Outre-mer
Photo : © D. de Sousa
Photo : © Ministère des Outre-mer

Cette création des TAAF, destinée à un large public, se veut pédagogique dans ses textes, interpellant également par le choix de visuels qui favorisent la compréhension et la lisibilité des grandes étapes de l’action de la France en direction du cercle polaire antarctique, des voyages d’exploration du Siècle des Lumières dans le subantarctique à l’implantation de la première base scientifique permanente en terre Adélie après la Seconde Guerre mondiale.

Selon une trame chronologique, l’exposition prend son point de départ dans la recherche du continent austral, cette Terra australis incognita qui a fait rêver les les explorateurs européens pendant des siècles. C’est notamment lors de cette quête que les archipels Crozet et Kerguelen furent découverts.

Puis le visiteur suit dans leurs aventures les figures françaises de l’exploration en Antarctique, Jules Dumont d’Urville, Jean-Baptiste Charcot, et leurs extraordinaires moissons scientifiques. Mais aussi les pionniers des premières bases en terre Adélie, leurs actes héroïques pour rendre possible la participation de la France à l’Année géophysique internationale (AGI), et les défis humains que tous relèvent dans un environnement glacé particulièrement hostile.

De l’AGI au Traité sur l’Antarctique, l’exposition se conclut sur une mise en valeur des activités françaises aujourd’hui en Antarctique, continent dévolu à la paix et à la science.

Les documents d’archives et photographies anciennes d’illustration proviennent de collections publiques et privées, mais aussi des fonds numérisés pour le site internet Archipôles, archives polaires, administré conjointement par les TAAF et l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV).