L’île Europa site classé RAMSAR

L’île Europa (22°21’00”S – 40°21’00”E, 127 300 km² d’eaux sous juridiction française, 28 km2 de terres émergées, 47 km2 de superficie récifale), située au sud du canal du Mozambique, est un grand atoll d’origine volcanique. Ile basse et sablonneuse, Europa possède une ceinture de dunes et un récif frangeant associé à un lagon interne lui-même entouré d’une mangrove de plus de 700 ha. Au même titre que les autres îles Eparses (à l’exception de Juan de Nova), Europa est classée en réserve naturelle depuis le 18 novembre 1975 par arrêté préfectoral. Le 27 octobre 2011, l’île Europa est devenue la 42ème zone humide d’importance internationale au titre de la Convention de Ramsar.

La Convention de Ramsar, adoptée le 02 février 1971, est le plus ancien traité international sur l’environnement. Elle vise la conservation et l’utilisation durable des zones humides. Le classement d’Europa au titre de cette convention s’applique à l’ensemble des écosystèmes terrestres de l’île ainsi qu’aux écosystèmes marins jusqu’à la limite des 12 miles nautiques, ce qui en fait le troisième site Ramsar français par sa superficie. Grâce à ce classement, l’île Europa intègre un réseau international qui contribue à la préservation des zones humides et à une utilisation rationnelle de celles-ci.

Fiche RAMSAR – île d’Europa

À l’échelle de l’océan Indien, Europa est un vrai réservoir de biodiversité. Les habitats naturels marins et terrestres sont dans un état de conservation exceptionnel et permettent ainsi d’accueillir de nombreuses espèces rares et menacées. La flore se compose de 97 espèces dont certaines seraient endémiques de l’île. L’avifaune marine est constituée de 8 espèces nicheuses sur les 16 recensées dans le canal du Mozambique. Avec plus de 800 000 couples d’oiseaux marins nicheurs, Europa héberge près du quart des effectifs recensés dans le canal du Mozambique. L’avifaune est enrichie par trois espèces terrestres nicheuses, deux espèces d’ardéidés nicheuses et de nombreuses espèces migratrices. Plus de 120 espèces d’insectes ont à ce jour été recensées sur l’île dont 18 espèces endémiques. Europa constitue également le plus important site de ponte de tortues vertes de tout l’océan Indien. Ainsi, chaque année, entre 4 000 et 11 000 tortues vertes viennent pondre sur les plages sableuses de l’île. Le lagon et le récif corallien accueillent également des tortues imbriquées en alimentation. Quatre espèces de reptiles terrestres sont également présentes sur Europa dont 2 espèces endémiques. 17 espèces de mammifères marins ont déjà été observées dans les eaux d’Europa ainsi que 17 espèces de requins. Quant au récif corallien, il présente une grande diversité d’invertébrés benthiques et de poissons.

Europa : un réservoir de biodiversité

Ile d'EUROPA Lagon dont une large partie est une mangrove.
Photo : © Bruno Marie
Photo : © Jerome Bourjea
Photo : © Bruno Marie
Photo : © Bruno Marie

Afin de préserver l’extraordinaire biodiversité de cette île, de développer les connaissances naturalistes et scientifiques et de concilier les activités anthropiques et la préservation des milieux naturels, la collectivité des TAAF, conformément aux engagements pris vis-à-vis de la Convention de Ramsar, a bâti un plan de gestion pour le site ayant pour grands objectifs :

  • Acquérir les connaissances indispensables à la gestion du patrimoine naturel
  • Stopper l’érosion de la biodiversité et maintenir le fonctionnement des écosystèmes
  • Concilier durablement usages et conservation du patrimoine naturel
  • Améliorer la perception du site, de son patrimoine et de ses enjeux
  • Assurer la mise en œuvre effective et pérenne des opérations

Depuis mai 2016, deux agents de terrain se relaient pour mettre en œuvre les actions environnementales du plan de gestion du site Ramsar.

La richesse biologique de cette île et sa préservation de quasiment toutes perturbations anthropiques en font à la fois un réservoir de biodiversité et un site de grande importance scientifique en tant que laboratoire à ciel ouvert pour l’étude de l’évolution naturelle des écosystèmes insulaires et des changements globaux. Le développement de programmes scientifiques sur Europa et plus globalement sur les îles Eparses a permis de collecter les données nécessaires à l’évaluation de l’état des écosystèmes terrestres et marins de chacune des îles ainsi que d’identifier les actions de conservation prioritaires.

Photo : © Bruno Marie