Un voyage dans les Terres australes et antarctiques françaises implique une réflexion particulièrement attentive au niveau de la santé et de la médecine.

Cabanes et balade à baie américaine (BUS), Crozet

 

Les visiteurs doivent être en bon état de santé et parfaitement valides, pour bien s’accommoder du caractère mouvementé du transport maritime, du climat subantarctique (pluie, neige, vents violents) ainsi que des conditions de débarquement ou de déplacement à terre (montée/descente dans l’hélicoptère, canot pneumatique, marche sur des terrains accidentés,…)

Le passager doit donc être capable :

D’embarquer et de débarquer via une échelle de corde de plusieurs mètres postée sur le flanc du Marion Dufresne ;

D’embarquer sur un canot pneumatique (type zodiac) par mer agitée et vent fort ;

 

  • De marcher plusieurs heures et sur de longues distances, avec un sac sur le dos contenant les affaires du lendemain et un sac de couchage.
  • De marcher sur des terrains rocheux et irréguliers : scories volcaniques, terrains boueux et/ou pentus, sentiers en terre étroits, dévers,…Quand ce n’est pas tout cela à la fois!

Pour toutes ces raisons, l’âge limite des passagers a été fixé à 75 ans.

Randonnée à Kerguelen

 

Les conditions d’un voyage dans les terres australes sont telles que nous pouvons former au maximum deux sous groupes. Toute personne qui ne pourrait pas marcher durablement ou aurait des difficultés à effectuer une balade à terre pénaliserait ainsi fortement le groupe et le déroulement des balades. L’organisation de la rotation ne nous permet pas de proposer d’alternative à terre, aussi les passagers qui ne seraient pas en mesure de suivre le groupe devront rester sur le bateau, posté au mouillage au large de la base.

Il faut également noter que l’isolement géographique des TAAF rend impossible toute évacuation sanitaire rapide (délai minimum de 1 mois avant retour à la Réunion).

Les moyens médicaux existants sur chaque district et sur le Marion Dufresne ne sont pas comparables à ceux d’un hôpital métropolitain. Bien que chaque médecin ait bénéficié de formations spécifiques et dispose de matériel adapté aux conditions d’isolement, les capacités de soins sont limitées.

Excursion à Kerguelen

Attention !
Le rapatriement sanitaire d’un patient est chose très difficile. Il obligerait le Marion Dufresne II à rentrer sur La Réunion et annuler sa mission prioritaire, à savoir le ravitaillement des districts  (pour rappel, les bases ne sont ravitaillées que 4 fois par an).

 

 

Il faut donc avoir clairement conscience, avant de s’inscrire, qu’une personne qui ne serait pas en parfaite santé pourrait non seulement se mettre en danger elle-même mais que son état et/ou ses difficultés pourraient avoir des conséquences importantes sur la rotation et la vie des districts.

 

Afin de minimiser les risques sanitaires lors de la rotation, une visite d’aptitude médicale avant le départ est donc requise pour chaque passager.

 

 

Une fois pré-inscrit, le passager reçoit un dossier médical qu’il devra faire remplir par son médecin traitant avant de le renvoyer au plus vite au service médical des TAAF (ce dossier médical demeure strictement confidentiel et est traité exclusivement par le service médical des TAAF).

Les examens généralement demandés sont :

Examen médical et questionnaire de santé

Électrocardiogramme

Test d’effort

Analyse de sang

Analyse d’urine – Carte de groupe sanguin

Certificat de vaccination à jour pour diphtérie tétanos polio

 

 

Important : le médecin chef des TAAF peut refuser l’inscription d’un passager dont l’état de santé serait jugé incompatible avec un séjour de 25 à 30 jours dans les TAAF.

Enfin, étant donné que les stocks de médicaments sont limités à bord du Marion Dufresne ou des districts, il appartient aux visiteurs d’apporter leurs médicaments personnels pour leurs maladies connues (hypertension, diabète,…) jugées compatibles avec une rotation dans les TAAF. Il est également préférable d’emporter sa propre pharmacie en cas notamment de sensibilité au mal de mer.