Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Le consortium de recherche îles Éparses lance un appel à projet (...)

17 mai 2017

Le consortium de recherche îles Éparses lance un appel à projet pluridisciplinaire

JPEG - 79.2 ko

Appel à projets pluridisciplinaire « Îles Eparses » 2017 - 2019

OBJECTIF ET THEMATIQUES DE L’APPEL A PROJETS

Les Îles Eparses sont depuis 2007 (loi n° 2007-224 du 21 février 2007) intégrées aux Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) dont elles constituent le 5ème district. Elles se situent en milieu tropical, au nord de La Réunion pour Tromelin et dans le canal du Mozambique pour les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa.

JPEG - 97.6 ko
Localisation des Iles Eparses dans la région sud-ouest de l’océan Indien
Location of the Eparses Islands in the south western Indian Ocean
Crédits carte : Bruno MARIE - Map credits : Bruno MARIE

A la suite d’un premier programme inter-organismes « Îles Eparses » (2011-2014), la collectivité des Taaf a souhaité poursuivre le soutien aux programmes de recherche sur ces territoires. Ce premier programme avait pour objectif de développer un corpus de données et de connaissances sur les îles Eparses pour décrire leurs composantes et leurs diversités, leurs dynamiques passée et actuelle et leurs déterminants. Il a permis de soutenir 18 projets de recherche dans différents domaines allant de la géophysique à l’étude de la biodiversité des communautés animales, végétales et microbiennes des milieux marins et terrestres des Îles Eparses. Ces travaux ont donné lieu à plus de 60 publications dans des revues internationales et ont été exposés lors d’un colloque les 28 et 29 avril 2014.

Ce premier programme a notamment permis de mettre en exergue le statut d’écosystèmes de référence des Îles Eparses en regard de leur exceptionnelle biodiversité soumise à de très faibles pressions anthropiques et comme observatoire privilégié des changements environnementaux d’origine climatique passés et présents.

Le présent appel à projets est soutenu par un consortium inter-organismes1 constitué à l’invitation des Taaf, coordinateur du consortium, pour proposer à la communauté scientifique de développer des travaux sur ces écosystèmes principalement en référence à trois axes thématiques. Pour concrétiser les types d’attentes en termes de projets, plusieurs questions sont énoncées au sein de chaque axe. Elles constituent des exemples de problématiques et ne sont en aucun cas exclusives d’autres questions que des porteurs de projet considèreraient comme pertinentes vis-à-vis des axes proposés.

1Institut écologie et environnement du Centre national de la recherche scientifique (CNRS-INEE), Agence française de la biodiversité (AFB), Université de La Réunion, Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), Institut de recherche pour le développement (IRD), Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte (CUFR), Terres australes et antarctiques françaises.

1- Les îles Eparses comme « observatoire » des effets des changements d’origine climatique.

Du fait du peu d’activités anthropiques qui y prennent place, les îles Eparses offrent l’opportunité d’organiser un observatoire multidisciplinaire de l’évolution des changements climatiques directs et indirects et de leurs effets sur des systèmes insulaires et marins. Les propositions de recherche peuvent porter sur le suivi de l’évolution de différents types de variables, comme :

• les variables météorologiques et océanographiques et leurs expressions actuelles et passées (paléoclimatologie). La caractérisation spatio-temporelle des phénomènes liés au changement climatique (augmentation de la température, acidification des océans, etc.) ;

• les caractéristiques géophysiques comme les activités sismiques ou l’évolution du trait de côte. Sur ce dernier point, l’élévation du niveau de la mer est-elle toujours synonyme d’une perte de la surface des îles coralliennes et notamment des habitats indispensables aux diverses espèces qui y déroulent tout ou partie de leur cycle de vie ? ;

• l’état de santé des communautés animales, végétales et microbiennes (diversités, biomasses,…) des habitats terrestres et marins (récifs coralliens et écosystèmes associés) ;

• la composition des peuplements (inventaires de biodiversité) et le suivi (principalement spatial) de la mégafaune sous-marine.

Ces observatoires devront intégrer le statut de protection des territoires concernés et être ouvert à des approches comparatives avec les autres aires protégées et/ou avec les territoires situés le long des gradients (climatique, géologique,…) tropical-polaire de l’océan Indien. Outre les variables biotiques et abiotiques étudiées, ces observatoires peuvent également intégrer de manière plus large les études sociologiques notamment pour évaluer les services écosystémiques rendus par les écosystèmes remarquables qu’ils soient terrestres ou marins.

2- Les îles Eparses comme « laboratoire » de recherche sur la diversité biologique et le fonctionnement des écosystèmes faiblement anthropisés

Les îles Eparses font parties des rares systèmes insulaires où la diversité des communautés et l’état de santé des populations qui les composent peuvent être considérés comme peu ou pas impactées par l’homme. Outre les références qu’elles offrent pour définir des objectifs de conservation ou de reconquête de la biodiversité, elles permettent d’aborder de nombreuses questions fondamentales en particulier dans un contexte de changement climatique. A titre d’exemples :

• Comment se maintient la forte diversité biologique des îles Eparses ? Quelles sont ou seront les conséquences de l’évolution de la diversité biologique sur le fonctionnement des écosystèmes des îles Eparses ou les services écosystémiques associés ?

• Est-ce que les îles Eparses constituent non seulement un réservoir mais aussi une source de biodiversité pour les territoires adjacents ?

• Quelle est l’importance fonctionnelle des espèces rares dans les systèmes terrestres et marins des îles Eparses ? Quels sont les rôles du changement climatique et des évènements stochastiques dans les processus de raréfaction voire d’extinction d’espèces présentes dans les îles Eparses (effet Allee, etc.) ?

• Comment fonctionne un système sans pression humaine significative ? Quelles sont les relations entre biodiversité, structure des communautés et fonctions de ces écosystèmes ?

• Quels sont les processus biogéochimiques qui influencent le maintien, la croissance ou la perte des structures récifales des îles Eparses (balance des carbonates, calcification corallienne, processus de bioérosion récifale,…) ?

• Quel est et/ou serait l’impact de l’exploration/exploitation des ressources biologiques côtières et/ou des changements climatiques sur ces écosystèmes (biodiversités taxinomiques/phylogénétiques/fonctionnelles, fonctionnement trophique et biogéochimique, connectivité, capacité de résilience…) ? Peut-on modéliser les conséquences de ces pressions d’origine anthropique ? Peut-on définir des « points zéros » sur des espèces, communautés ou groupes clés et habitats associés avant exploration/exploitation et/ou comme référence pour des études comparatives régionales ?

• Quels sont les mécanismes écologiques impliqués dans les processus d’invasions biologiques (animales, végétales, marines, terrestres) dans les îles Eparses ? Quels sont les rôles fonctionnels de ces espèces envahissantes dans les écosystèmes qu’elles colonisent et quels sont leurs impacts sur la biodiversité native ? Peut-on prévoir l’évolution des écosystèmes dans un contexte de restauration écologique (contrôle ou éradication des espèces exotiques envahissantes) et donc orienter les actions prioritaires de gestion ?

Une intégration de ces connaissances dans les processus de planification spatiale de conservation est recommandée aux échelles locale et régionale. Une attention particulière sera portée aux espèces patrimoniales fragilisées par la dégradation des habitats, la pêche, voire le changement climatique (oiseaux marins, mammifères marins, requins, mérous, …).

3- Les îles Eparses et les écosystèmes marins voisins

Les Îles Eparses se situent dans un environnement océanique très dynamique et riche en ressources naturelles. Les ressources biologiques se concentrent notamment en bordure des tourbillons océaniques et des monts sous-marins. Cette proximité d’écosystèmes remarquables dans le canal du Mozambique peut permettre d’initier des recherches exploratoires et/ou comparatives :

• Quels sont les liens physiques et/ou biologiques (productivité, connectivité, etc.) entre ces écosystèmes ? Quels rôles jouent les îles Eparses dans la dynamique de l’écosystème du Canal du Mozambique (questions de connectivité) ?

• Est-ce que les îles Eparses constituent non seulement un réservoir mais aussi une source de biodiversité pour les territoires adjacents ?

• Quels sont les niveaux de biomasse et de diversité taxonomique et fonctionnelle des différentes communautés biologiques qui composent ces écosystèmes ?

• Quels en sont les niveaux de vulnérabilité actuels et futurs notamment en regard des activités de pêche ou des possibles extractions de ressources énergétiques et minérales ?

• Quels modes de protection et de gestion peuvent être envisagés ?

Pour information, différentes bases de données concernant les Îles Eparses et leurs environnements marins, sont disponibles, libres d’accès, et peuvent être utilisées par les porteurs de projets. Pour exemple :

SITES D’ETUDE

• L’ensemble des îles Eparses (Tromelin, Juan de Nova, Europa, Bassas da India et Les Glorieuses) ou certaines d’entre-elles, dans leur dimension terrestre, marine et océanique.
• Le cas échéant, approche comparative avec d’autres systèmes de l’océan Indien.

CRITERES D’ELIGIBILITE ET DE SELECTION DES PROJETS

Les projets soumis seront évalués par des experts scientifiques désignés par le consortium de recherche inter-organismes organisateur du présent appel. L’objectif visé est de retenir un minimum de dix projets pour leur affecter un financement maximum de 40 000 € sur 3 ans maximum à partir de la date d’acceptation du projet.

Les critères d’éligibilité s’appliquant pour la sélection des projets sont les suivants :

• les projets déposés doivent être portés par un chercheur ou un enseignant-chercheur appartenant à une structure de recherche française reconnue par le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
• les projets déposés doivent apporter un co-financement (préciser dans le formulaire de réponse les sources et garanties ou non de ces financements au stade de la soumission du projet – A noter : ce co-financement peut être apporté en nature) ;

Outre la qualité scientifique des projets, les critères d’évaluation sont les suivants

• l’adéquation entre la ou les thématiques d’études du projet et les axes thématiques de l’appel à projet ;
• l’adéquation entre les objectifs scientifiques du projet et le dimensionnement des opérations de terrain proposés (moyens logistiques et durée/fréquence des missions) ;
• la participation de chercheurs de la région sud-ouest de l’océan Indien, et plus largement les collaborations avec des laboratoires étrangers ;
• la dimension pluridisciplinaire ou interdisciplinaire du projet.

Pour le thème n°3 en particulier, il peut être noté au regard des budgets disponibles qu’il ne s’agit pas nécessairement d’acquérir de nouvelles données. Il peut s’agir de projets qui proposent d’exploiter les données existantes d’une part et d’autre part d’identifier les déficits de connaissance et les priorités d’acquisition de nouvelles données pour les combler.
Dans le cas où des campagnes d’acquisition de connaissances sont proposées pour ce thème, les propositions devront faire état des moyens logistiques spécifiques (i.e. ne figurant pas dans la liste de ceux indiqués dans le formulaire de réponse à l’AAP) nécessaires à la réalisation du projet et apporter la preuve de leur obtention.

REGLES DE FINANCEMENT ET SOUTIEN COMPLEMENTAIRE DU CONSORTIUM

Pour rappel, chaque projet lauréat se verra affecter un budget ne pouvant excéder 40 000 euros pour la durée totale du projet.

Outre les dépenses d’ordre logistique sur zone (accès aux îles, moyens logistiques et frais de restauration sur place), les postes budgétaires éligibles dans le cadre de cet appel à projets sont les frais de déplacement et de logistique exclusivement liés aux opérations de terrain, le petit équipement et les frais de fonctionnement (hors masse salariale et frais de gestion).

Au-delà de ce financement, les Parties du consortium sont susceptibles (au regard des besoins de chaque projet) d’apporter une contribution en nature pour faciliter la mise en œuvre des missions de terrain :

• Les TAAF mettent gracieusement à disposition des équipes de recherche retenues des places à bord du Marion Dufresne au cours d’une rotation dans les îles Eparses en 2018 ou 2019 (dates et durée non arrêtées à ce jour) ainsi que toute la logistique associée au navire (zodiacs, hélicoptère, etc.) ; mettent à disposition l’accueil et l’hébergement dans les stations TAAF sur chacune des îles (disposant notamment de laboratoires et moyens de stockages sommaires) ; assure un soutien logistique et administratif pour la préparation des missions de terrain sur l’ensemble des îles (arrêtés d’autorisations des projets ; demandes d’autorisations spécifiques si requis ; soutien pour la mobilisation/mise à disposition des moyens logistiques pour l’accès au territoire et sur les îles, etc.) et le soutien technique des agents TAAF détachés à l’année sur Europa et Tromelin (modalités à définir avec les TAAF selon les besoins des programmes) ;
• L’Université de La Réunion (basée à Saint Denis) met à disposition des espaces de stockage (y compris congélateurs), des laboratoires humides et des bureaux dans ces locaux en cas de besoin pour des équipes métropolitaines ou étrangères en transit à La Réunion. Les conditions d’utilisation des espaces et matériels listés ci-dessus seront déterminées en fonction du projet de recherche et feront l’objet d’un conventionnement avec l’Université de La Réunion ;
• Le CUFR de Mayotte donne accès à une plateforme de conditionnement d’échantillons biologiques (congélateurs, dont un -80°C, chambre froide, production d’azote liquide, etc.) ; l’accès au matériel présent sur leur plateforme expérimentale (Microscope, stéréo-microscope, hotte aspirante, centrifugeuse, étuves, broyeur à billes, lecteur microplaque, autoclave, laboratoire humide…) et ouvre la possibilité d’utiliser leur embarcation de recherche (Semi-rigide Zodiac milpro de 6,5m) et leur véhicule tout terrain sur Mayotte. Les conditions d’utilisation des différents matériels listés ci-dessus seront déterminées en fonction du projet de recherche et feront l’objet d’un conventionnement avec le CUFR.

Il peut être noté que la mutualisation des moyens logistiques maritimes affrétés pour les missions de terrain (hors Marion Dufresne) est fortement encouragée entre les différents projets. Si des mutualisations entre projets n’ont pas pu être identifiées par les porteurs en amont du dépôt de projet, le coordinateur du consortium veillera à évaluer les opportunités de mutualisation lors de la phase d’évaluation des projets en lien avec les porteurs concernés.

Chaque projet doit avoir un coordinateur identifié, considéré l’unique point de contact pour le suivi du programme par le consortium.

Pour chaque projet lauréat, une convention bilatérale entre les Taaf et l’organisme employeur du porteur de projet sera établie pour définir les modalités de versements de l’enveloppe allouée au projet et les modalités de rapportage financier et scientifique dans le cadre de ce programme. Il revient au porteur de chaque projet de s’assurer que les potentiels organismes associés au projet seront en mesure de contribuer aux rapportages scientifique et financier le cas échéant.

Le coordinateur de chaque projet retenu sera tenu de rendre de compte annuellement au consortium de l’avancement et des résultats du projet au consortium. Un rapport final sera remis au consortium à l’issue du programme.

MODALITES DE REPONSE A L’APPEL A PROJET

Les réponses à cet appel à projets devront parvenir sous forme électronique à : consortium-iles-eparses@taaf.fr au plus tard le 17 juillet 2017 (minuit, heure de Paris).

Les réponses utiliseront le formulaire joint à cet appel à projets et téléchargeable à l’adresse http://www.taaf.fr/IMG/pdf/-161.pdf
Chaque rubrique du formulaire devra être soigneusement renseignée, en particulier celle concernant les besoins en moyens logistiques sur zone dont l’adéquation avec le projet devra être argumentée.

L’attention des porteurs de projets est attirée :

1- sur le calendrier détaillé des opérations et de mise à disposition des moyens logistiques associés ;
2- sur le budget devant faire état des dépenses prévisionnelles pour chacune des années du projet (2017, 2018, 2019).

CONTACT

Pour toute question concernant cet appel à projet vous pouvez contacter la Direction de l’environnement des Terres australes et antarctiques françaises à l’adresse électronique suivante : consortium-iles-eparses@taaf.fr

Télécharger le formulaire de réponse à l’appel à projet en français (pdf) :

PDF - 337.1 ko

Télécharger le formulaire de réponse à l’appel à projet en français (word) :

Word - 52.1 ko

— -

Call for Multidisciplinary Projects « Eparses Islands » 2017 - 2020

CONTEXT AND OBJECTIVES OF THE CALL FOR PROJECTS

The Eparses Islands have been integrated into the French Southern and Antarctic Lands (Taaf) in 2007 (law n° 2007-224, february 21st 2007), featuring now as their 5th district. They are located in the tropical southwestern Indian Ocean. Tromelin is situated north of Reunion Island and Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India and Europa spread inside the Mozambique Channel.

JPEG - 97.6 ko
Localisation des Iles Eparses dans la région sud-ouest de l’océan Indien
Location of the Eparses Islands in the south western Indian Ocean
Crédits carte : Bruno MARIE - Map credits : Bruno MARIE

Following a first multi-institution “Eparses Islands” program (2011-2014), the Taaf aims to pursue and support the development of research programs in these territories. The 2011-2014 program produced a corpus of data and knowledge to better understand past and present Eparses Islands’ ecosystems functioning and biodiversity assets. This first program supported 18 research projects related to geological sciences, microbiology, ecology and biodiversity sciences in both marine and terrestrial environments. More than 60 articles were published in international journals and a closing symposium was held on april 28-29th 2014.

The 2011-2014 program underlined the exceptional biodiversity asset of the Eparses Islands. As direct anthropogenic pressures are extremely low this group of islands represents a unique set of ecosystems to evaluate past and present climate variations and their effects on the environment.

This present call for projects is supported by a multi-institution1 consortium incited by the Taaf. The Taaf is also in charge of the consortium coordination for the 2017-2019 period. Through this call for projects, the consortium invites the scientific community to undertake research activities on subjects related to three thematic axes. Several scientific questions are developed inside each axis to better constrain a project’s scope. The scientific questions exposed here are not exhaustive and can be implemented if relevant knowledge is added to the thematic axes.

1 Institut écologie et environnement du Centre national de la recherche scientifique (CNRS-INEE), Agence française de la biodiversité (AFB), Université de La Réunion, Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), Institut de recherche pour le développement (IRD), Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte (CUFR), Terres australes et antarctiques françaises.

1- The Eparses Islands as an « observatory » of climate variability effects

Due to the lack of significant anthropogenic activities, the Eparses Islands offer the opportunity to build a multidisciplinary observatory to better understand evolutions of climatic changes effects on the terrestrial and marine ecosystems. Proposals may include the monitoring of different types of processes, such as :

• Meteorological and oceanographical processes and their past (paleoclimatology) and present expressions. Spatio-temporal evolution of climate change induced phenomena (ocean acidification, elements cycle modification, etc.)

• Geophysical processes such as seismic activity or shoreline evolution. Regarding this last point, is sea-level rise always associated with a loss of coralline islands surface and essential habitats for species during all or part of their life cycle ?

• Marine and terrestrial ecosystems health state (habitats, diversity and biomass of animals, vegetals and microbial communities etc.)

• Communities composition (biodiversity inventories) and marine megafauna monitoring (mainly spatial)

These observatories must integrate the protection status of the different territories and be open to comparative approaches with other protected areas or territories along the Indian Ocean tropical to polar gradients (climatic, geological, etc.). In addition to the biotic and abiotic variables, these observatories can also integrate sociological parameters in a broader way to evaluate the ecosystem services rendered by the remarkable terrestrial or marine ecosystems.

2- The Eparses Islands as research « laboratories » to study biological diversity and ecosystem functioning in a low anthropological foodprint context

The Eparses Islands are part of a limited group of islands where direct human pressure on biological communities is extremely limited. Besides being references for the definition of conservation and biodiversity reconquest objectives, these islands represent unique opportunities to address many fundamental issues, particularly in a changing climate context, and as for example :

• How the high biodiversity of the Eparses Islands is maintained ? What are or will be the consequences of biodiversity changes on the functioning of Eparses Islands ecosystems and associated ecosystem services ?

• Are the Eparses Islands not only a reservoir but also a source of biodiversity for adjacent ecosystems or territories ?

• What is the functional role (and importance) of rare species in terrestrial and marine ecosystems ? What are the roles of climate change and stochastic events in the processes of rarefaction or even extinction of species present in the Eparses Islands (Allee effect, etc.) ?

• What are the relationships between biodiversity, community structure and ecosystem functioning when exempted from direct human pressure ?

• What are the biogeochemical processes that influence the maintenance, growth or loss of reef structures in the Eparses Islands (carbonate balance, coral calcification, reef bioerosion processes, etc.) ?

• What are or will be the impact of resources exploration or exploitation activities and climate change on the Eparses Islands ecosystems (biogeochemical fluxes, biodiversity, functional diversity, connectivity, resilience, etc.) ? Can the effects of these anthropogenic pressures be modeled ? Can we measure "background level" of relevant indicators (molecules or compounds, habitats, key species, functional groups etc.) before exploration or exploitation that can also be used as references in regional comparative studies ?

• What are the ecological mechanisms involved in biological invasions processes (animals and plants, marine and terrestrial) in the Eparses Islands ? What are the invasive species functional roles and their impacts on native biodiversity ? Can we predict an ecosystem’s evolution subject to ecological restoration actions (control or eradication of invasive alien species) and thus orientate management priority plans ?

Integration of this knowledge into spatial conservation planning processes is recommended at the local and regional levels. Particular attention will be paid to heritage species weakened by habitat degradation, fishing and even climate change (seabirds, marine mammals, sharks, groupers, etc.).

3- The Eparses Islands and adjacent marine ecosystems

The Eparses Islands are located in a highly dynamic Mozambique Channel oceanic environment, particularly rich in natural resources. Biological resources are concentrated along the edges of oceanic eddies and around seamounts. The proximity to remarkable ecosystems in the Mozambique Canal can lead to exploratory and / or comparative research on :

• What are the physical and/or biological links (productivity, connectivity, coastal-pelagic coupling etc.) between these ecosystems ? What are the roles of the Eparses Islands in the dynamics of the Mozambique Channel ecosystem (connectivity issues).

• Are the Eparses Islands not only a reservoir but also a source of biodiversity for adjacent territories ?

• What are the biological and functional diversity and other metrics (biomass, abundance etc.) of the biological communities ?

• What is the vulnerability level of the biological resources in relation to potential fishing activities or energy and mineral resources exploitation ?

• What protection tools and management plans can be considered ?

Databases containing information related to the Eparses Islands marine ecosystems are available and access free, as for example :

STUDY SITES

• All Eparses Islands (Tromelin, Juan de Nova, Europa, Bassas da India and Glorieuses) or some of them. Terrestrial, marine or open ocean ecosystems.
• If appropriate, a comparative approach with other Indian Ocean ecosystems can be proposed.

ELIGIBILITY CRITERIA AND PROJECT SELECTION

Projects proposals will be evaluated by scientific experts appointed by the inter-organization research consortium. The aim is to select a minimum of ten projects to allocate a maximum amount of 40,000€ within a maximum of 3 years from the date of acceptance of the project.

Eligibility criteria for projects selection are :

• projects must be carried by a researcher or a lecturer from a french research institution or organization recognized by the Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (Ministry of National Education, Higher Education and Research) ;
• projects must be co-funded (specify in the reply form the sources and guarantees or not of co-funding at the project submission stage - Note : this co-funfing can be made in kind) ;

Besides the scientific quality of the projects, the following evaluation criteria will be considered :

• Adequacy between the proposed research field(s) and the thematic axes of this present call for projects ;
• Adequacy between the project scientific objectives and the fieldwork and/or experimentation design of the project (i.e. logistic, operation frequency, etc.) ;
• Involvement of researchers from the southwest Indian Ocean region, and more broadly collaborations with foreign laboratories ;
• Multidisciplinarity or interdisciplinarity ;

Projects related to the 3rd thematic axis can also consist in the processing of already acquired data (i.e. no new data acquisition) and identification of knowledge gaps and new data acquisition priorities. If new data acquisition campaigns are proposed, specific logistical operations (i.e. not listed in the submission form) must be described and proof of secured funding must be provided.

FUNDING RULES AND ADDITIONAL SUPPORT FROM THE CONSORTIUM

Each selected project will be allocated a budget not exceeding €40 000 for the total duration of the project.

Eligible costs can relate exclusively to :

  • Eparses Islands access ;
  • catering costs on the Eparses Islands ;
  • travel between the laboratory of origin and the Eparses Islands
  • fieldwork logistical costs
  • small equipments
  • fuctionning costs (except for salary and management fees)

In addition to the grant, the consortium partners might be able to provide additional support to the field operations :

• The Taaf will fund the grantees’ access to the R/V Marion Dufresne during the Eparses Islands service road in 2018 or 2019 (dates to be announced) and use of the vessel scientific and utility apparatus (pneumatic boats, helicopter, etc.). The Taaf provides scientific stations on each islands (basic wet and dry labs, storage space, and accommodation), logistical and administrative support for fieldwork operations (activity and access authorization demands, specific logistical requirements, support to secure access means to the islands etc.) and technical supports from Taaf staff on Europa and Tromelin (to be defined with the Taaf beforehand).
• La Réunion University (based in Saint-Denis) offers access to storage space and freezers, wet laboratories and work offices for research groups transiting by Reunion Island. The conditions of spaces and materials use listed above will be determined according to the research project and will be the subject of an agreement with the University of La Réunion ;
• Mayotte University Center for Education and Research (Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte) offers access to a biological sample platform (-20°C, -80°C, cold room, liquid nitrogen, etc.), use of material (microscopes, stereo-microscopes, hood, centrifuge, drying-oven, grinding apparatus with balls, autoclave, microplate readers, wet lab) as well as their semi-rigid pneumatic boat (Milpro, 6.5 meters) and off- road vehicule in Mayotte. The conditions of materials use listed above will be determined according to the research project and will be the subject of an agreement with the Mayotte University Center for Education and Research ;

It can be noted that shared use of maritime logistics resources to charter the field expeditions (excluding the R/V Marion Dufresne) is strongly encouraged between the projects. If shared use possibilities between projects have not been identified by the PIs before the project submission stage, the consortium coordinator will make sure to evaluate the opportunities during the evaluation stage together with the concerned PIs.

A project coordinator must be identified in the proposal. The project coordinator will be the Consortium contact reference in charge of the project follow-up.

For each granted project a bilateral agreement between the Taaf and the PI contractual institution or organization will be established to define the grant payment modalities as well as the financial and scientific reporting methods for this program. Each project PI must ensure that the potential associated institutions or organizations will be able to contribute to the scientific and financial reporting if appropriate.

The project coordinator will be in charge of the annual reporting of the progress and results of the project to the consortium. A final report will be submitted to the consortium at the end of the program.

GUIDELINES FOR PROPOSAL SUBMISSION

Proposal submission forms must be transmitted by email to : consortium-iles-eparses@taaf.fr before july 17th 2017 (11:59 pm, Paris time zone).

The proposal submission form associated to this call for projects can be downloaded at : http://www.taaf.fr/IMG/pdf/-162.pdf
The section related to logistical operations and associated requirements (vessels, aircraft, helicopter etc.) must be carefully detailed and argued.

Attention is drawn to :

1- the detailed calendar of the proposed operations and associated logistical resources
2- the detailed financial calendar for each year

CONTACT

If you have any questions regarding this call for projects, please contact the Direction of Environment at the French southern and antarctic lands using the following e-mail address : consortium-iles-eparses@taaf.fr

Download the call for projects submission form (pdf) :

PDF - 298.5 ko

Download the call for projects submission form (word) :

Word - 55.3 ko